Tout savoir sur le stockage des données des entreprises et des collectivités locales dans des datacenters français.

Cloud souverain : pourquoi et pour quelles organisations ?

Pour celles et ceux qui auraient besoin d’une leçon de rattrapage, nous allons réexpliquer sommairement ce qu’est le cloud. Il sera ensuite plus simple d’expliquer en quoi nous pouvons parler de cloud souverain.

Pour le définir simplement, le cloud est une technologie de dématérialisation des données informatiques. Ainsi, une organisation utilisant le cloud stocke toute ou partie de ses fichiers informatiques à l’extérieur de ses locaux.

Pour aller plus loin sur cette question, nous vous invitons à lire notre article dédié au cloud computing. Nous allons ici nous concentrer sur la notion de souveraineté du cloud et ce que cela implique pour les entreprises et collectivités françaises.

Le cloud souverain : une explication simple

Le principe du cloud souverain, en France, consiste dans le stockage des données sur des serveurs ou datacenters géographiquement implantés sur le territoire français.

Il est important de noter que cette appellation recouvre deux concepts différents. A l’origine, le cloud souverain se présentait comme un projet de partenariat public-privé. L’objectif de ce projet lancé en 2011 était de permettre la naissance d’un acteur 100% français d’importance dans le monde de l’hébergement cloud. Donc une structure capable de concurrencer les sociétés américaines sans que les données stockées soient soumises au Patriot Act ni au regard des agences de renseignements.

Par extension, le cloud souverain est devenu un terme générique pour tout service de stockage ou de traitement des données sur des serveurs informatiques situés en France.

Quelles organisations concernées ?

La réglementation vise directement les collectivités territoriales et les administrations. Une circulaire en date du 5 avril 2016 fixe le cadre du stockage et de la circulation des informations de ces organisations publiques. Par conséquent, ces établissements doivent stocker leurs données numériques chez des opérateurs garantissant le cloud souverain.

En revanche, pour les entreprises, la situation est toute autre. Rien n’oblige un responsable informatique à choisir une offre de stockage en France. Seuls des critères de confidentialité ou de proximité entreront en ligne de compte dans le choix d’une telle solution.

Pourquoi est-ce compliqué à mettre en place ?

Comme souvent avec les technologies, le cloud s’est imposé dans les usages bien avant que le législateur ne s’en préoccupe. En conséquence de quoi les utilisateurs se servent du cloud parfois sans s’en rendre vraiment compte. Il suffit d’un clic pour qu’un agent ou un comptable envoie des données hors du territoire français.

Par exemple, une mairie souhaitant assurer le suivi des statistiques de son site Internet utilisera Google Analytics sans se poser de question. Ce service étant soumis à l’ouverture d’un compte Gmail 100% américain, la mairie se trouvera en contradiction avec ses obligations. Par ailleurs, la tentation sera grande de stocker des fichiers sur le service Google Drive associé.

Autre exemple, le service OneDrive de Microsoft, installé par défaut sur toutes les machines équipées de Windows. Encore une fois, ce service de cloud 100% américain et gratuit se pose comme une solution de facilité pour l’échange de fichiers en ligne.

L’intérêt pour la sauvegarde en ligne

Pour une solution de sauvegarde en ligne comme EwanBackup, la présence des serveurs en France est d’une importance stratégique. En effet, lors de l’initialisation ou de la restauration d’une sauvegarde, il est parfois nécessaire de se rendre physiquement sur les serveurs. Cette procédure permet d’accélérer de manière considérable le temps d’initialisation du premier backup. En outre, c’est aussi une manière d’accélérer le délai de récupération de fichiers suite à un sinistre.